5 /  47
Vignette document Tripartisme et dialogue social territorial

Au cours de quarante dernières années, le dialogue social territorial s'est développé en France autour de trois fonctions : la facilitation du redéveloppement dès le début des années 1970, l'intégration - organisation des isolés à partir de la fin des années 1990 et la gouvernance territoriale décentralisée, principalement à l'échelle régionale, et sur les champs de l'emploi et de la formation professionnelle depuis la seconde moitié des années 2000. Qu'en est-il du dialogue social territorial aujourd'hui ? C'est la question à laquelle tentent de répondre Bernard Gazier(Université de Paris) et Frédéric Bruggeman (Antime) au travers de ce rapport - réalisé à la demande du BIT - en mettant en perspective la pratique française au regard de ce qui se fait à l'étranger.
Le dialogue social territorial français est une pratique qui se développe mais dont l'opérationnalité reste problématique. Il est à la fois innovant, peu producteur de résultats concrets identifiables et chronophage. Deux hypothèses sont avancées pour expliquer ce phénomène. En premier lieu, vu sa construction impliquant que les acteurs sont généralement en amont et rarement en aval de la décision, le dialogue social territorial contraint les participants à remettre incessamment de nouveaux projets sur l'ouvrage sans jamais pouvoir espérer les concrétiser et interdit l'apprentissage qui découle de la mise en oeuvre. La seconde hypothèse émane des caractéristiques de ce dialogue. Il est complexe, multi partenarial, requérant des apprentissages qui ne s'opèrent que sur le tas, qui demande des moyens dont les acteurs qui l'investissent ne disposent pas en termes opérationnels et fianciers sauf pour ce qui concerne, depuis quelques années seulement, les CPRIA.

SUGGESTIONS

Du même auteur