1 /  223
Vignette document La  pensée écologique : low tech

La Pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde au printemps 2020 a lancé un vaste débat sur les réponses technologiques à apporter à la crise, et sur les meilleurs moyens pour enrayer la circulation du virus et réduire ses dangers. L’intérêt de l’épisode est d’avoir suscité toute une gamme de réponses, lesquelles ne sont pas sans relation à des questions récurrentes : l’alternative ou la complémentarité techniques-comportements, le choix entre low- et high-techs, l’importance des circuits-courts, les marges d’action des autorités publiques et leurs dérives possibles, policières notamment, les choix de rémunération et l’importance sociale des emplois les moins rémunérés. Au début de la crise, en Europe notamment, le défaut de techniques ? cruel au sein d’une civilisation pour laquelle il n’est de problème sans solution technique ?, à savoir l’absence de masques, de gels hydroalcooliques, de respirateurs artificiels, de tests ont contraint à un arrêt de nombre de flux, à commencer par ceux des personnes, et donc à un arrêt partiel de l’économie. Ce fut le retour en force de la puissance publique jouant en premier lieu sur les comportements, mettant un terme à certains automatismes de marché. Chassez toutefois le naturel, il revient au galop. Alors que de nombreux gouvernements, de la Chine en passant par l’Europe et l’Amérique du Nord, ont fait le choix de développer des logiciels numériques High-Tech afin de tracer les populations pour assurer un suivi épidémiologique en temps réel, accélérant par là même la numérisation de nos vies et le déploiement des équipements et infrastructures numériques, des solutions bien plus simples étaient pourtant disponibles et bien connues. Porter un masque, se laver les mains, respecter des distances physiques, mettre en quarantaine les objets contaminés, autant de mesures simples, bon marché, énergétiquement sobres, qui firent pourtant défaut. Beaucoup ont découvert à cette occasion que les entreprises et l’État étaient capables de se mobiliser pour mettre au point un logiciel « Stop-Covid », alors même qu’il semblait insurmontable de fournir des masques aux soignants et à la population, laquelle dut bien souvent recourir à des bricolages locaux et des formes d’entraide, en ressortant les vieilles machines à coudre. Reconnaissons-le cependant, ceux des pays qui s’en sont le mieux tirés ? comme Taiwan, la Corée du Sud ou la Nouvelle-Zélande ?, sont ceux qui ont précocement joué sur une large palette de mesures, hétéroclite, et ce de façon relativement transparente.

SUGGESTIONS

Du même auteur