1 /  1
Vignette document Productivité et compétitivité : analyses conjoncturelles et structurelles post-Covid

Productivité et compétitivité : analyses conjoncturelles et structurelles post-Covid

Rapport
Contient : 272 pages

Ce rapport fait un état des lieux de l’impact de la crise sanitaire sur la productivité et la compétitivité de la France, en comparaison avec ses voisins européens. Alors que le télétravail était une pratique marginale, la crise sanitaire a conduit à un développement massif de cette pratique en France. Le rapport compile différents travaux menés ces deux dernières années sur le travail à distance et conclut à des effets globalement positifs : effets du télétravail sur les conditions de travail et sur la santé. Alors que le télétravail était une pratique marginale, la crise sanitaire a conduit à un développement massif de cette pratique en France. 21% des salariés interrogés le pratiquent de façon régulière encore en novembre 2021 contre 4% en 2019. Le télétravail régulier concerne 56% des cadres alors qu’il reste marginal pour les employés de commerce (5%) et les ouvriers qualifiés (3%). 37% des salariés l’ont expérimenté de manière régulière ou non entre mars 2020 et janvier 2021. Cette proportion représenterait donc une borne haute des postes potentiellement télétravaillables après la crise sanitaire. L'accélération du recours au télétravail lié à la crise sanitaire pourrait finalement aboutir à un gain durable de productivité. Cependant, si le télétravail permet davantage d’autonomie pour le salarié, il a conduit également lors de la crise sanitaire à dégrader pour certains les conditions de travail et à aggraver les risques psycho-sociaux. En effet, même si le télétravail procure un gain d’autonomie au salarié, la pratique peut entraîner des horaires de travail décalés ou allongés, des troubles de la santé (douleurs, troubles du sommeil) et une conciliation entre travail et vie personnelle plus difficile, comme on a pu l’observer au plus fort de la crise. Ces risques psycho-sociaux ne sont pas nécessairement dus au seul télétravail, mais peuvent aussi être liés plus directement à la crise sanitaire elle-même, le télétravail faisant figure de facteur aggravant.
Une mise en œuvre future et pérenne du télétravail dans de bonnes conditions implique donc une politique managériale adaptée, afin de réduire les risques de dégradation des conditions de travail. L’augmentation du recours au télétravail peut avoir plusieurs effets sur la productivité, certains positifs, d’autres négatifs. Cela passe par exemple par une baisse des coûts pour les entreprises qui se restructurent pour utiliser moins de foncier (capital physique), c’est-à-dire la baisse de l’utilisation d’un facteur sans effet sur la production, ce qui conduit à une augmentation mécanique de la productivité.
De même, les temps de trajet économisés peuvent être mis à profit tant en accroissement de la marge extensive du temps de travail qu’en amélioration du cadre de vie individuel. Toutefois, les mesures de distanciation sociale réduisent fortement certains flux informationnels, qui sont une composante importante du capital organisationnel et du capital humain, notamment pour la formation des salariés. Le télétravail pourrait donc jouer défavorablement en termes de gains de productivité, d’où la nécessité de trouver un équilibre sur la part qu’il pourrait prendre à l’avenir.
Le télétravail aura probablement un impact extrêmement varié sur l’attractivité des métiers, sur les conditions de travail et sur le partage entre temps complet et temps partiel. In fine, les effets globaux à plus long terme du télétravail sur la productivité des entreprises, l’innovation et le bien-être des travailleurs restent incertains aussi en raison d’effets horizontaux qui perturbent de manière générale l’anticipation des effets potentiels du télétravail sur la productivité.
Barrero, Bloom et Davis (2021a) anticipent notamment, en lien avec la pandémie, une poussée des innovations informatiques facilitant le télétravail et une augmentation connexe de la productivité des travailleurs à distance. En effet, la productivité peut être améliorée si les entreprises économisent sur les dépenses les moins utiles et consacrent ces économies aux investissements et à l’innovation.

SUGGESTIONS

Du même auteur