1 /  1
Vignette document Pratiques écoféministes

Pratiques écoféministes

Article
Travail, genre et sociétés
2019
Contient : 264 pages ; numéro 42

Ce numéro de Travail, genre et sociétés apporte à la connaissance et à la discussion des théories écoféministes, une approche historienne et sociologique, insistant sur l’indissolubilité de la théorisation féministe et d’une expérimentation politique radicale empiriquement observable.
Dans les enquêtes présentées ici, la société moderne capitaliste n’est pas seulement dénoncée comme invivable en théorie, mais en pratique. L’écoféminisme se présente comme une action directe qui permet de faire dévier de son cours la vie quotidienne, à distance des institutions : savoir créer des cercles affinitaires de femmes pour occuper une zone militaire, connaître les plantes médicinales pour s’entresoigner, renouer avec le maraîchage, s’organiser de manière horizontale en mettant à disposition son savoir ? de sorte à battre en brèche le monopole des habilitations professionnelles ?, constituent autant d’actes de résistance qui permettent de gagner du terrain face à la marchandisation des ressources et des savoirs. En cela, l’écoféminisme se rapproche de modes d’action anarchistes, zapatistes, altermondialistes dont s’inspire en France le mouvement des « zones à défendre » (zad), qui ont en commun de proposer des actions préfiguratives : l’organisation même de la vie collective pendant l’action militante met en oeuvre les principes qu’elle promeut, en incluant les tâches reproductives dans la répartition horizontale des actions politiques nécessaires.
Sommaire :

Parcours
Monique Dental, féministe en ruptures
Alban Jacquemart et Jacqueline Laufer, Pages 5 à 22

Dossier : Pratiques écoféministes : corps, savoirs et mobilisations
Pratiques écoféministes : corps, savoirs et mobilisations
Marlène Benquet et Geneviève Pruvost, pp. 23 à 28

Penser l’écoféminisme. Féminisme de la subsistance et écoféminisme vernaculaire
Geneviève Pruvost, pp. 29 à 47

Contre la destruction de la planète. L’écoféminisme dans les années 1980 en Grande-Bretagne et aux États-Unis
Benedikte Zitouni, traduction du texte anglais par Hélène Windish, pp. 49 à 69

Articuler écologie et féminisme dans les années 1970. L’exemple du Centre non-violent des Circauds
Isabelle Cambourakis, pp. 71 à 87

Travailler la terre et déconstruire l’hétérosexisme : expérimentations écoféministes
Constance Rimlinger, pp. 89 à 107

L’auto-gynécologie : écoféminisme et intersectionnalité
Aurore Koechlin, pp. 109 à 126

Mutations
Tous les féminismes sont-ils solubles dans l’éducation ?
Hybridations théoriques et paradoxes pratiques dans un dispositif de prévention des violences sexistes
Viviane Albenga et Vanina Mozziconacci, pp. 127 à 146

Les politiques du travail féminin sous l’Occupation
Camille Fauroux, pp. 147 à 163

Controverse
Harcèlement sexuel au travail : peut-on compter sur le droit ?
Marylène Lieber, Sophie Pochic et Delphine Serre, pp. 165 à 170

Les femmes, toujours des intruses dans le système judiciaire
Marilyn Baldeck, pp. 171 à 174

Prendre le droit pour dénoncer « l’illégitime »
Camille Trémeau, pp. 175 à 179

Comment les directions des ressources humaines pourraient-elles agir contre le harcèlement sexuel ?
Bénédicte Le Deley et Laure Hajjar, Pages 181 à 184

Le harcèlement sexuel, un objet légitime pour les syndicats ?
Dominique Marchal, Raphaëlle Manière, Sabine Reynosa et Sigrid Gérardin, pp. Pages 185 à 190

Retourner l’arme du droit. Contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche
Clasches, pp. 191 à 194

Combattre le harcèlement sexuel aux USA. Quand le droit et les procédures internes se heurtent aux mentalités
Abigail C. Saguy, pp. 195 à 199

Critiques
Pages
Ludivine Bantigny, Fanny Bugnon et Fanny Gallot (dir.), « Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? » Le genre de l’engagement dans les années 1968
Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, coll. « Archives du féminisme », 260 pages
Lucile Ruault, pp. 201 à 204

Myriam Boussahba-Bravard et Rebecca Rogers (dir.), Women in International and Universal Exhibitions, 1876-1937
New York ? London, Routledge, 2018, 286 pages
Marianne Thivend, pp. 205 à 207

Mara 205 à 207 Vigoya, Les couleurs de la masculinité. Expériences intersectionnelles et pratiques de pouvoir en Amérique latine
Paris, La Découverte, 2018, 231 pages
Irène Pereira, pp. 208 à 209

Clotilde Lemarchant, Unique en son genre. Filles et garçons atypiques dans les formations techniques et professionnelles
Paris, Presses universitaires de France, 2017, 334 pages
Nadia Lamamra, pp. 210 à 213

Arnaud Alessandrin, Sociologie des transidentités
Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, 2018, 144 pages
Johanna Dagorn, pp. 214 à 216

Bruno Perreau, Qui a peur de la théorie queer ?
Paris, Presses de Sciences Po, 2018, 320 pages
Noémie Marignier, pp. 217 à 220

Patricia Mercader, Annie Léchenet, Jean-Pierre Durif-Varembont et Marie-Carmen Garcia (dir.), Mixité et violence ordinaire au collège et au lycée
Toulouse, Érès éditions, 2016, 272 pages
Sylvie Ayral et Yves Raibaud, pp. 221 à 224