1 /  1
Vignette document "L'activité et ses frontières" Penser et agir sur les transformations de nos sociétés. Actes du 55ème congrès de la SELF

"L'activité et ses frontières" Penser et agir sur les transformations de nos sociétés. Actes du 55ème congrès de la SELF

Livre
SELF Société d'ergonomie de la langue française
2021
Contient : 746 pages

Les actes du 55e congrès de la SELF réunissent des communications orales, symposiums et propositions d’atelier sur les mutations multiformes (économiques, technologiques, juridiques, sociales ou culturelles) qui affectent le travail. Ces contributions sondent les approches conceptuelles et méthodologiques de l'activité, dans leur diversité, pour prendre la mesure de l'aide qu’elles apportent pour penser ces mutations dans leur rapport au réel, c’est-à-dire à la complexité des situations. Penser pour agir ! Car il importe de mieux saisir les plis et les prises que ces mutations offrent pour la transformation des situations de travail ou de vie quotidienne.

La production scientifique de ce congrès met en avant les échanges entre les différentes acceptions disciplinaires du concept d'activité : la pluridisciplinarité, qui a toujours été forte dans la construction de l’ergonomie, est aujourd’hui appelée à s’étendre pour traiter de la complexité des mutations en cours ? Comment s’organisent ces débats pluridisciplinaires et comment contribuent-ils à enrichir notre compréhension des situations de travail et de vie quotidienne ?

Les nouvelles formes d'organisation du travail dans une société numérisée et mondialisée, les enjeux sur les ressources naturelles et l'énergie, pour ne citer que cela, sont en train de questionner les façons d'analyser les situations de travail et d'agir pour les concevoir/transformer : la prescription déborde l’entreprise et elle s’immisce dans la vie quotidienne ; les prescripteurs disparaissent derrière des algorithmes ; les cadres du travail se multiplient et les limites entre espace de travail et espace privé se brouillent ; l’éthique environnementale s’impose dans certains domaines d’activité ; des valeurs repères sont à construire pour penser notre rapport au vivant lorsqu’il devient objet du travail. Ces évolutions nous offrent-elles de nouvelles opportunités pour penser nos modèles de l’activité et les méthodes pour l’appréhender ? Nécessitent-elles de redéfinir ce qui fonde notre légitimité à intervenir pour améliorer ou concevoir les conditions d’exercice de l’activité ?

SUGGESTIONS

Du même auteur