1 /  1
Vignette document Femmes cadres et crise sanitaire. Le décalage de rémunération avec les hommes persiste

Femmes cadres et crise sanitaire. Le décalage de rémunération avec les hommes persiste

Rapport
Contient : 10 pages

Les inégalités salariales entre les hommes et les femmes tendent à se réduire depuis 40 ans, mais persistent. Cette étude s’appuie sur une enquête annuelle menée auprès de 13 800 cadres du secteur privé clients de l’Apec en mars 2021. L'écart salarial dans le privé, estimé à 16,8% pour un poste à temps complet, s'explique moins par de la discrimination que par la difficulté qu'ont les mères de famille à accéder aux postes les mieux rémunérés.
Un tiers des cadres sont des femmes, mais elles sont surreprésentées dans certains métiers (RH, communication, santé-social?). Elles sont plus jeunes que les hommes : 44% ont moins de 40 ans (versus 37% des hommes cadres).
L’essentiel des tâches domestiques est toujours porté par les femmes et la parentalité impacte davantage leur vie professionnelle. 78% des femmes cadres (et 54% des hommes cadres) considèrent qu’une femme qui a des enfants est freinée dans son évolution professionnelle.
Les femmes cadres déclarent plus souvent que les hommes avoir connu une situation d’épuisement professionnel (36 % versus 23 %) au cours de leur carrière.
Au-delà des questions salariales, la crise sanitaire, notamment avec l’extension du télétravail, a creusé certaines inégalités : pour les femmes cadres, la crise sanitaire a été synonyme de stress (65%), d’allongement des horaires (53%) et de pression hiérarchique accrue (48%), et ce, davantage que pour les hommes cadres.