1 /  776
Vignette document La  grande consultation des entrepreneurs, vague 59

La grande consultation des entrepreneurs, vague 59

Baromètre
Contient : 34 pages
En ligne : Le document en .pdf
Contient :
34 pages
Notes :
Selon ce sondage, réalisé auprès d’un échantillon de 601 dirigeants d’entreprise, une nette majorité des dirigeants interrogés reconnait le caractère essentiel de la médecine du travail pour la prévention des risques et la protection de la santé de leurs salariés : 73% sont d’accord, dont 45% tout à fait d’accord. Cependant, ils sont mitigés sur ses actions concrètes. 54% des dirigeants d’entreprises comptant au moins 1 salarié trouvent qu’elle complète bien l’action qu’ils mettent en oeuvre pour la santé de leurs salariés. Toutefois, 53% jugent que la médecine du travail est inadaptée à la réalité de la vie de l’entreprise, et 44% qu’elle n’a pas les moyens suffisants pour assurer la protection de la santé des salariés. Plus largement la médecine du travail est assez peu sollicitée : seulement 25% des dirigeants d’entreprises comptant un salarié ou plus la sollicitent régulièrement.
Les entreprises comptant 10 salariés ou plus affichent des liens plus forts avec la médecine du travail : 67% de leurs dirigeants déclarent que la médecine du travail complète bien leur action (contre 51% des dirigeants d’entreprises comptant de 1 à 9 salariés), et 57% déclarent qu’ils la sollicitent régulièrement (contre 19% des dirigeants d’entreprises comptant de 1 à 9 salariés).
Par ailleurs, le mental des dirigeants interrogés a été éprouvé dans la période récente. 46% d’entre eux témoignent d’un impact négatif de la crise sanitaire sur leur santé mentale ou psychologique, dont 13% un impact important. 29% des dirigeants évoquent également un impact négatif sur leur santé physique, dont 10% important. L’incertitude et le manque de visibilité ressortent nettement comme le premier facteur de stress cité par les dirigeants touchés mentalement ou physiquement (55%). D’autres facteurs concernant l’entreprise sont aussi cités : la perte de contact avec sa clientèle (20%), la peur de la faillite de son entreprise (19%) ou la situation financière de celle-ci (18%). Dans un autre registre, 27% témoignent de l’impact de bouleversements dans leur vie privée.
En ligne :