4 /  1495
Vignette document Nouvelles relations d'emploi (dossier)

Nouvelles relations d'emploi (dossier)

Article
Cadres Cfdt
2020
Contient : p.15-80 ; numéro 485

La relation d’emploi est ambiguë tant les termes de l’échange sont complexes : une prestation, une disponibilité, un poste? Le travail n’est pas un bien ou un service comme les autres, car on ne peut séparer la force de travail (compétences, aptitudes, expérience, relations?) de celui ou celle qui l’exerce et la vend. Une façon de régler la question est que la relation d’emploi est quasi-exclusivement créée par un « contrat de travail » un peu spécial, car celui-ci génère en plus d’obligations réciproques une subordination, qui est le fait d’être soumis à une autorité. L’employeur doit fournir du travail, des moyens, une rémunération, adapter le poste, maintenir l’employabilité du salarié et ne pas le placer en insécurité. Le travailleur ainsi « salarié » assure une prestation de travail, se conforme aux instructions de l’employeur, lui est loyal[1] et exécute le contrat de bonne foi. Derrière les échos ces dernières années sur la fin du salariat, notons que le nombre de travailleurs indépendants - au sens non subordonnés - est stable et que le salariat domine[2]. Mais cette photographie masque l’instabilité croissante de la relation d’emploi. Nous vivons en effet l’érosion de l’emploi stable au sens « contrat à durée indéterminé, poste pérenne, temps plein et présentiel », progression dans une entreprise elle-même solide... L’extension du terrain économique, l’exacerbation de la concurrence, la désindustrialisation et la transition numérique transforment profondément l’emploi et le travail.

Cette relative stabilité du salariat ne doit donc pas occulter les multiples déformations que la crise sanitaire exacerbe. Parlons aujourd’hui de coexistence des formes d’emploi : sensibilité des créations-destructions d’emplois à durée déterminée, polarité entre précarité et stabilité, dualisme du marché du travail, développement de la pluriactivité au sein du salariat... Plus précisément, la diversification des modes d’attribution de la charge de travail (par son manager, un client, des partenaires internes), l’injonction à l’autonomie (dans son travail et son parcours professionnel) prônée mais pas toujours soutenue, la complexité du télétravail, et aujourd’hui l’activité de travail intégrant les mesures de distanciation rendent de plus en plus ambiguë la subordination. Nombre d’actifs oscillent avec une recherche d’émancipation, de déploiement de leur propre aventure professionnelle et un besoin de sécurité de ressources. Nombre entreprises peuvent-elles être tentées - ou contraintes - de moins supporter les contreparties liées au salariat, tout en cherchant des formes de travail renouvelées telles que le travail à distance ou le souci du bien-être.

La relation professionnelle est devenue complexe. Le salariat, c’est l’autonomie dans la subordination, l’indépendance est la subordination économique dans l’autonomie peut-on raccourcir. (Extrait de l'édito.)

SSommaire :

Subordination, la belle ambiguë
Retour aux sources du contrat de travail
Le travail n’est pas une marchandise mais une relation que la subordination industrielle fondatrice de la société salariale ne suffit plus?
Jacques Le Goff

Marylise Léon : "La CFDT défend tous les travailleurs, du salarié stable au plus précaire"
Pourquoi une organisation syndicale qui procède du salariat industriel se meut-elle pour accompagner toutes les situations sociales sur le marché?
Marylise Léon

Travail en plateforme, protégez-vous
Les ambitions CFDT pour les nouveaux travailleurs
Être en dehors du statut salarié ne doit pas signifier l’absence de droit ou la précarisation des travailleurs. La CFDT lance la plateforme Union?
Sylvie Joseph

La crise sanitaire interroge l’avenir du travail
L’entreprise entre défiance et tiers de confiance
La crise actuelle accélère la mutation des relations d’emploi et de travail portée par la révolution numérique. La polarisation entre salariés et?
Laurent Grandguillaume

La relation des cadres à l’emploi : vers un nouveau paradigme ?
Si le salariat est prégnant chez les actifs, les formes d’emploi alternatives au salariat suscitent beaucoup d’intérêt pour les cadres qui sont à la?
Pierre Lamblin

Autonomie, initiative, responsabilité et subordination des cadres : digressions autour de quelques lapalissades
Cadres autonomes, cadres intégrés, cadres dirigeants, assimilés cadres, salariés faisant office de cadres, cadres indépendants, cadres portés,?
Jean-Yves Kerbourc’h

Anticiper sa deuxième partie de carrière
Anticiper sa carrière professionnelle demeure fortement empreint de contraintes sociales et organisationnelles. Il serait bon de prendre en?
Jean-Yves Hamiot