Imprimé le 05/12/2020


Accueil des intérimaires, les conditions du relais (dossier)
Travail & sécurité
11/1996
Contient : pp. 22-55


TRAVAIL INTERIMAIRE, ACCIDENT DU TRAVAIL, PREVENTION DES ACCIDENTS DU TRAVAIL, FORMATION SECURITE ET CONDITIONS DE TRAVAIL, PREVENTION DES RISQUES, STATISTIQUES, BTP, CERTIFICATION, SALLE BLANCHE, INDUSTRIE AGRO ALIMENTAIRE, METHODE PEDAGOGIQUE, INRS, EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

Les travailleurs intérimaires sont parfois victimes d'accidents du travail, parce que l'accueil et l'intégration au poste s'effectuent souvent de façon rapide. Prévenir ce type d'accident est une des préoccupations de ce dossier. Une telle démarche passe par différentes phases lors de l'accueil de l'intérimaire. Au fil de l'exposé, sont décrites des situations à risques où le manque d'information ou de formation au poste de travail peut être fatal au salarié. Des données statistiques dressent un bilan de la situation. Plusieurs entreprises sensibilisées à ces problèmes sont citées en exemple. Engagée dans une procédure de certification, la Soprema, spécialisée dans l'étanchéité des bâtiments mise sur la bonne intégration des intérimaires. Valois Pharm choisit de tout mettre en oeuvre pour faciliter la mise au poste de l'intérimaire. Autre cas : l'usine Diepal Nsa s'associe avec une agence locale d'intérim. Les points de vue de différents partenaires ont ensuite été recueillis : agences, intérimaires et spécialistes (préventeurs, syndicalistes, médecins...). Le secteur du bâtiment et des travaux publics fait l'objet d'une attention particulière, notamment dans la région Midi-Pyrénées où des pistes d'action ont été définies. Un récit d'accident relate la chute d'un intérimaire dans un silo. Le dossier se termine par la présentation d'outils pédagogiques de prévention développés par l'INRS.