Imprimé le 12/04/2021


De l’atelier à la cuisine chez les céramistes : arrangements de couple et inégalités de genre dans un métier indépendant égalitariste
Travail et Emploi
2020
Contient : p. 61-91 ; numéro 161


GENRE, EGALITE PROFESSIONNELLE, TRAVAIL DOMESTIQUE, FEMME, PROFESSION LIBERALE, FAMILLE, ENTREPRISE ARTISANALE, BUDGET TEMPS, STATISTIQUES

Dans l’espace du travail indépendant, la répartition des tâches domestiques et professionnelles entre les conjoint·es est généralement étudiée dans des métiers animés d’un certain conservatisme, ou dans lesquels l’engagement professionnel des femmes est une adaptation à un projet de couple. Cet article propose de réfléchir aux rapports sociaux de sexe dans le métier de céramiste d’art, qui offre une configuration très différente : fortement féminisé, structuré par une culture se voulant égalitariste, dont les membres le choisissent au nom d’une volonté d’accomplissement personnel. Ils et elles sont doté·es de dispositions cultivées et se revendiquent d’une culture politique de gauche. Dès lors, comment expliquer la faible présence des acquis féministes dans les modes de vie et de travail de ces travailleur·ses indépendant·es ? Après avoir dessiné les contours démographiques du métier et de sa culture professionnelle, le texte expose les inégalités qui se déploient au sein des foyers où la céramique d’art est exercée par l’un des conjoints, ou les deux. Nous montrons comment des enjeux matériels et symboliques produisent diverses formes d’invisibilisation du travail de la femme céramiste, au sein de l’unité domestique comme de la sphère professionnelle. Enfin, nous proposons des analyses explicatives de ces inégalités de genre, a priori paradoxales dans un espace social vécu comme une alternative à d’autres formes de domination.