Un autre monde

Après La loi du marché et En guerre, Stéphane Brizé met en scène une nouvelle fois le travail dans Un autre monde, en rendant compte de la souffrance d’un dirigeant chargé de la mise en oeuvre d’un nouveau plan social.

Philippe Lemesle, est cadre dirigeant dans l'une des cinq entreprises en France, faisant partie du groupe mondial Alsonn dont le siège se trouve à New-York.

Les directives de réduction de personnel, drastiques, tombent pour les sites européens du groupe. Il doit supprimer 10 % des emplois sans accroître les risques d’accidents, ce qui impossible selon lui. Il a beau passer en revue ses effectifs, chaque poste est essentiel au fonctionnement de l’entreprise.

Philippe Lemesle se démène pour trouver une issue acceptable, n'hésitant pas à mentir aux syndicats venus l'interroger. Pour améliorer les résultats de l’entreprise, il propose une autre solution qui sera vite écartée : renoncer aux primes perçues par les cadres dirigeants.

Dans le même temps, son équilibre familial chancelle. En plein divorce, la situation bascule avec l’hospitalisation de son fils, lui aussi brisé par la pression psychologique.

Dans ce nouveau film, le réalisateur Stéphane Brizé restitue un morceau de vie où se mêlent des évènements personnels, familiaux et professionnels. Il illustre avec précision une situation de crise, les dilemmes et les conséquences humaines qu'elle génère. Vincent Lindon campe le personnage principal, plus vrai que nature, en incarnant le rôle d'un cadre, prisonnier d’un système qui l'entraîne au bord du précipice.

La référence bibliographique