2 /  581
Vignette document Chief Happiness Officer : quelles contributions au bien-être en entreprise ?

Chief Happiness Officer : quelles contributions au bien-être en entreprise ?

Article
Gérer et comprendre
06/2020
Contient : p. 5-18 ; numéro 140

L’intérêt et la controverse suscités par l’émergence de la fonction de Chief Happiness Officer (CHO) posent la question de sa contribution effective au bien-être au travail. Le CHO incarne-t-il une fonction «gadget» ou constitue-t-il une réelle avancée dans le développement du bien-être en entreprise? Pour répondre à cette question, nous nous sommes appuyés sur la littérature consacrée au bien-être au travail et sur une étude qualitative menée auprès de CHO ou apparentés. Nous montrons que si le recrutement de CHO s’inscrit dans une logique de contribution au bien-être hédonique et de recherche de transversalité, il relève assez peu d’une logique de bien-être eudémo-nique. Nos résultats montrent également que le CHO peut être recruté dans une perspective utilitariste, ce qui peut compromettre sa contribution au bien-être sur le long terme. La contribution du CHO au bien-être est donc partielle et doit être complétée par d’autres dispositifs ou d’autres fonctions.