2 /  175
Vignette document Les  observatoires prospectifs des métiers et des qualifications. Des outils de branche centraux dans le nouvel environnement emploi-formation

Les observatoires prospectifs des métiers et des qualifications. Des outils de branche centraux dans le nouvel environnement emploi-formation

Rapport
Contient : 56 pages ; numéro 35

Pour suivre et comprendre les évolutions à l’oeuvre, que France compétences a sollicité, fin 2019, un partenariat d’études avec le Céreq pour réaliser un état des lieux des différentes configurations des OPMQ, identifier leurs pratiques et caractériser leurs modes de fonctionnement. Cet état des lieux s’est appuyé sur l’articulation d’un volet quantitatif, basé sur une enquête par internet, et d’un volet qualitatif appuyé sur des entretiens.
Les OPMQ assurent une mission d’observation bien implantée dans la branche, jusqu’ici majoritairement sur le modèle « 1 branche 1 OPMQ », souvent ancienne (la moitié a été créée avant 2005). Ils entretiennent des liens forts avec la Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (CPNEFP) autour d’activités denses : près de trois quarts des OPMQ réalisent des travaux à visée prospective, aujourd’hui plus de 30% mènent des travaux sur les questions de certification.
Pour autant, la diversité des situations entre OPMQ perdure au vu du périmètre de l’observatoire en nombre d’entreprises ou de salariés couverts, de la taille des équipes et des moyens dont disposent les observatoires ou enfin des formes qu’ils prennent (autonomes, rattachés à un OPCO, à une fédération professionnelle).
Il existe une grande diversité au sein des observatoires, liée au contexte de leur création par les partenaires sociaux de la branche, aux configurations et aux logiques d’actions propres à leur branche et aux reconfigurations plus récentes liées à la constitution des OPCO. Pour autant, cette diversité n’a pas empêché une nette montée en gamme des OPMQ qui ont étoffé, diversifié leurs travaux et enfin et surtout qui mènent des travaux tout à fait opérationnels et stratégiques pour les branches. Ces travaux permettent de faire émerger des questions et problématiques à approfondir, d’orienter les politiques de formation et de certification (offre de formations collectives aux entreprises, priorisation des financements, création et rénovation de certification...), d’alimenter les négociations sociales et notamment la révision des classifications de branche. Les OPMQ ont ainsi pris une place centrale au sein des branches professionnelles et parmi les acteurs de la relation formation-emploi.
Les OPMQ restent majoritairement construits sur une logique verticale, avec l’objectif d’outiller la branche pour répondre à ses enjeux propres, d’identifier clairement son périmètre, ses entreprises, ses métiers et leurs évolutions.