471 /  474
Vignette document Évolution et diversité des situations de travail : une analyse à travers les notions de « travail autonome » et de « travail au projet »

Évolution et diversité des situations de travail : une analyse à travers les notions de « travail autonome » et de « travail au projet »

Article
@GRH
Contient : Pages 35 à 64 ; N28

Cet article analyse l’origine et la diversité des situations de travail contemporaines par la mise en lumière de deux notions émergentes : le « travailleur autonome » (Reynaud, 2007) et le « travailleur au projet » (Menger, 2002 ; de Heusch et al., 2011). Cette recherche s’inscrit dans la continuité de la littérature sur un éventuel « au-delà du salariat » (Castel, 2007) qui émergerait à travers le développement de « zones grises » du travail (Supiot, 2000) ou de « mobilisations hybrides des formes de travail » (Dupuy et Larré, 1998). Elle aboutit à une cartographie des situations de travail, basée sur la définition de ces deux notions, et construite autour de deux axes : le niveau de subordination juridique présumé et le risque économique porté par le travailleur. L’intérêt de cette cartographie est notamment :

De montrer la grande diversité des situations de travail et l’obsolescence de la distinction faite par le droit entre travail indépendant et travail salarié, car les notions de « travail autonome » et « travail au projet » transcendent les statuts juridiques ;
De contribuer à l’analyse des « zones grises » du travail : travail en portage salarial, en coopérative d’activité et d’emploi, en cabinet de prestation ou encore dans l’économie « collaborative » ;
De souligner la diversité des organisations impliquées dans la relation de travail, que l’on peut classer en fonction de deux critères : la vocation de la structure à fournir le travail et la vocation de la structure à donner accès au statut salarié.
Nous concluons avec un certain nombre de questions soulevées par l’article et présentons quelques pistes de recherche future.