Vous êtes ici

Les professionnels de la santé en souffrance

Dossier
Les médias traitent régulièrement du niveau élevé de stress dans le monde de l’entreprise. Les symptômes directement liés au stress, l’épuisement professionnel ou le harcèlement moral sont devenus de véritables problématiques de santé au travail. Le secteur de la santé n’est pas épargné.
Un médecin en état de stress

Professionnels et futurs professionnels de la santé : une population fragilisée

En trois ans, les risques psychosociaux se sont accrus dans les hôpitaux publics, et le sentiment de sérénité des agents a diminué. Ce sont les principales conclusions de l’enquête effectuée par l’Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH), auprès de 45 établissements réunissant quelque 27 000 agents dont 2000 médecins des régions Languedoc-Roussillon et PACA.

etat_sante_agents_sante.png

SA : Sérénité active
AD : Anxio-dépression
Source : ANFH, 2017

Les salariés de la fonction publique hospitalière sont plus souvent en situation d’être « tendus ». Ils cumulent une forte demande psychologique avec une faible latitude professionnelle comparativement aux autres secteurs d’activité (Sumer 2010). Ils sont plus nombreux à penser qu’on leur demande d’effectuer une quantité de travail excessive. Parmi eux, les aides-soignant(e)s et les infirmièr(e)s sont particulièrement concerné(e)s. Ces résultats peuvent s’expliquer par des modifications organisationnelles fortes dans la fonction publique hospitalière.

En 2013, plus de 40 % des étudiants en médecine déclarent être confrontés personnellement à des pressions psychologiques, 50 % à des propos sexistes, 25 % à des propos racistes, 9 % à des violences physiques et près de 4% à du harcèlement sexuel. De même, 85,4 % étudiants en soins infirmiers considèrent que la formation est vécue comme violente dans la relation avec les équipes encadrantes en stage. Afin de mieux comprendre cette souffrance, Valérie Auslender, médecin généraliste, a lancé un appel à témoins en août 2015 recueillant ainsi plus d'une centaine de témoignages sur lesquels se sont appuyés des experts pour proposer des pistes de réflexion.

 

Des démarches innovantes pour prévenir les RPS

L'implantation de programme de soutien

Chez nos voisins d'Outre-Atlantique, l’IRSST fait état d’une démarche innovante pour lutter contre les RPS dans les unités de soins palliatifs (SP) et des soins de fin de vie (SFV) au Québec. Le projet SATIN II propose l’étude de quatre programmes de soutien en milieu de travail. Ces initiatives ont pour but l’amélioration de la satisfaction et du bien-être au travail ainsi que la diminution des facteurs de risques psychosociaux chez des infirmièr(e)s et des clinicien(ne)s qui assurent les SFV.

La mise en place de mode d'action collective

En France, La Haute autorité en santé (HAS) a fait de la qualité de vie au travail un levier pour améliorer les conditions de travail du personnel soignant. La démarche proposée repose sur un triple postulat : une meilleure organisation du travail, la qualité du dialogue social, le lien étroit entre réussite collective et épanouissement de chacun.


Pour aller plus loin